Titres en action: Apple, General Motors, Johnson & Johnson…

Voici une sélection d’annonces qui ont fait (ou vont faire) bouger les cours de ces entreprises:

(Repassez nous lire de temps à autres 
pour ne pas manquer de mise à jour)

Le géant américain Apple(AAPL, 227,03$US) a retiré jeudi une application qui permettait aux Hongkongais de localiser les policiers sur une carte, alors que la Chine accroît la pression sur les sociétés étrangères soupçonnées de soutenir la mobilisation pro-démocratie dans l’ex-colonie britannique. La firme à la pomme a été étrillée par les partisans du mouvement pro-démocratie qui l’ont accusée de se soumettre à Pékin, au moment où d’autres marques occidentales, parmi lesquelles la NBA et les Houston Rockets, sont ciblées par le gouvernement chinois en raison de la question hongkongaise. Des médias officiels chinois sont récemment montés au créneau contre l’application HKmap.live, qui centralise des informations sur les positions de la police soumises par ses utilisateurs, en l’accusant d’aider les «émeutiers». Le Quotidien du peuple, organe du Parti communiste chinois (PCC) au pouvoir, a estimé qu’en proposant cette application, Apple ne faisait que «mélanger business et politique, et même actes illégaux.» Jeudi, l’appli n’était plus disponible sur l’App Store de Hong Kong. Mais ses versions web et Android étaient toujours disponibles.

La poursuite de la grève des ouvriers de General Motors(GM, 34,14$US) depuis plus de trois semaines commence à peser sur l’activité économique dans le Michigan (nord) et le Midwest américain, alors que de plus en plus de sous-traitants renvoient les salariés chez eux. Les mises au chômage technique ont progressivement affecté les fournisseurs des 31 usines américaines de GM depuis le début du mouvement social le 16 septembre, a déclaré Steve Gruener, président de la section locale du syndicat UAW (United Auto Workers) à Flint, dans le Michigan. En plus des 1800 salariés de GM en grève dans sa région, 1200 autres employés par des sous-traitants sont désormais privés de travail, a-t-il déclaré à l’AFP lors d’un entretien téléphonique. «Le coup porté à l’économie est déjà énorme», a déclaré M. Gruener, ajoutant que le syndicat était «déterminé à négocier un contrat juste et équitable pour nos membres». «Nous resterons en grève aussi longtemps qu’il le faudra», a-t-il ajouté, alors que les discussions ont repris mercredi entre GM et le syndicat.

À Wall Street hier, le groupe pharmaceutique Johnson & Johnson(JNJ, 129,22$US) a reculé de 1,99%. Un jury de Pennsylvanie a condamné mardi l’entreprise à payer huit milliards de dollars de dommages et intérêts pour n’avoir pas prévenu qu’un de ses médicaments utilisés en psychiatrie faisait pousser la poitrine chez les hommes, jugement immédiatement dénoncé par le géant pharmaceutique qui va faire appel.

Laisser un commentaire