Davie doit construire deux nouveaux traversiers pour Transports Canada

Ottawa entame des négociations avec Chantier Davie, de Lévis, en vue de la construction de deux nouveaux traversiers interprovinciaux pour Transports Canada.

Ces nouveaux traversiers doivent remplacer le Madeleine, qui assure la liaison entre les îles du même nom et Souris, dans l’Île-du-Prince-Édouard, et le Holiday Island, l’un des deux navires qui relient Wood Islands (Î.-P.-É.) à Caribou, en Nouvelle-Écosse. Les deux traversiers approchent la fin de leur durée de vie utile et le gouvernement veut donc s’assurer que l’échéancier pour la construction des nouveaux navires «soit rapidement déterminé».

La valeur du contrat et l’échéancier seront fixés une fois que les négociations avec le chantier naval Davie seront terminées, indique le ministère des Services publics et de l’Approvisionnement dans un communiqué.

Le gouvernement fédéral avait publié le 22 mai un «préavis d’adjudication de contrat» dans lequel il exprimait son intention de conclure avec Davie le contrat pour la construction de ces deux traversiers. Les autres fournisseurs intéressés disposaient alors de 15 jours pour présenter un «énoncé de capacités» démontrant qu’ils satisfaisaient aux exigences. Or, aucun énoncé n’a été présenté, indique le gouvernement mercredi.

Le ministère de l’Approvisionnement précise qu’après analyse, le gouvernement a conclu que «Davie était l’unique chantier naval canadien connu ayant la capacité, l’expérience récente et la maîtrise nécessaires pour construire ces traversiers dans les délais prescrits».

La Fédération de l’industrie manufacturière (FIM-CSN), qui attendait cette nouvelle «avec impatience», s’est doublement réjouie d’apprendre que la construction d’un deuxième traversier était annoncée en même temps. «Nous savions très bien qu’actuellement, la Davie était le seul chantier disposé à accepter un tel projet puisque les autres chantiers canadiens peinent déjà à livrer au gouvernement fédéral plusieurs navires attendus depuis fort longtemps», a expliqué Louis Bégin, président de la FIM-CSN.

«Nous souhaitons donc que les travaux débutent le plus rapidement possible afin de favoriser un retour au travail tout aussi rapide pour les travailleurs et les travailleuses sur la liste de rappel de la Davie.»

Le chantier de Lévis a procédé depuis quelques années à d’importantes mises à pied. On apprenait par ailleurs il y a une semaine que le chantier naval de Vancouver, Seaspan, perdait le contrat de construction du prochain brise-glace de la Garde côtière, et des observateurs estimaient que ce contrat pourrait bien échoir maintenant à Davie.

Laisser un commentaire